• les filles au bain.

              Les filles au bain. 
              Gouache de 1974 sur papier couché. format 16,5/22 centimètres. 


    2 commentaires
  •      

    une nuit, le film

         

            Un film de 2012 dont, je vous l'avoue, je n'avais jamais entendu parler.
            Mais me direz vous à juste titre,  ''vous n'êtes que des petits cinéphiles''. Exact et pas la prétention de devenir grands. Tout juste vous faire part de nos coup de cœur et vous avertir avant que vous ne dépensiez de l'argent pour regarder un navet. Ceci étant nous évitons les mauvais films.
             Ainsi, hier soir, alors que Minik avait passé une bonne partie de sa journée sur Facedebouc, je lui ai proposé de regarder un film français assez bluffant.
            Je l'installais devant ''UNE NUIT'', titre tellement évocateur qu'il est indispensable de regarder le synopsis avant de se précipiter dans une salle de cinéma. L'affiche n'évoque rien de ce qu'il nous sera donné de voir.
            Avant de vous dire un mot de ce film, je crie Vive le France. Et ne venez pas me dire qu'un film doit être américain pour plaire, nous tenir en haleine, avoir du sens, afficher une bonne technicité, bref être bon.
             Et celui là a pratiquement toutes les qualités pour faire un bon policier mais pas que.
             Pour ma part je ne vois pas trop dans quelle catégorie le ranger, il nous donne à découvrir Paris la nuit au travers le regard d' un flic de la Mondaine, sans doute pas très éloigné de la réalité. Deux ou trois invraisemblances sur lesquelles nous pouvons fermer les yeux et profiter du spectacle. La nuit est bien présente, dans la rue, à l'intérieur de la voiture, à l'heure ou monsieur Weiss part au boulot pour ''une nuit''. Et le jour nous revient magistralement avec des éboueurs buvant le champagne autour d'un violoniste russe au bout de sa nuit de travail.
             Comme vous n'avez peut être pas vu ce film, je ne vous dirai rien de ce qui fait le coup de bluff. En revanche je ne cours aucun risque à vous louer le jeu de Sara Forestier , petit bout de femme à côté du grand Roschdy Zem. Elle joue le rôle d'un chauffeur de commandant pour une soirée, je ne sais même pas si elle a un nom. Lui c'est monsieur Weiss, dans la Mondaine j'imagine qu'un flic aura beaucoup de mal à faire son job autrement. En gros l'ascendant sur l'autre marche dans les deux sens.
             Si vous l'avez vu en son temps, regardez le une nouvelle fois, s'il passe sur le petit écran, il vous évitera de regarder une des âneries dont la télé abreuve les spectateurs.    

             


    1 commentaire
  •                          Billet désabusé d'un retraité souffrant de manière quasi                                     permanente du syndrome de monsieur Raynaud.
                                                (ceci est un titre)
              Le titre est un peu long, il offre de part sa longueur la possibilité de tout ranger dedans. J'aurais très bien pu ne pas vous faire savoir que je suis retraité! mais la plupart d'entre vous le savent déjà. J'ai bien failli écrire ''retraité désabusé'' en lieu et place de ''billet désabusé'', et je me dois de vous dire que je me pose encore, à l'heure ou vous me lisez, laquelle de ces deux formules est la mieux amène. Dire ''doigts blancs'' pour ''syndrome de monsieur Raynaud'' aurait fait à peine plus court pour au final me le faire dire ailleurs dans le texte.
            Je pourrais vous dire que si je prends le temps de vous écrire ce petit billet alors que le travail attend quelqu'un (moi) c'est pour ne pas avoir à affronter les +0° qu'il fait devant chez Domy à Chatenay Isère France...
            Et je n'irai pas par quatre chemins, je vais vous dire la vérité. Ce matin, sur le coup de quatre heure, je me suis retrouvé debout. Pensant ne rien avoir à faire d'autre que de satisfaire......    J'étais à un cheveu de me recoucher que la liste de ce qu'il me reste à accomplir m'est apparue avec en prime des lignes soulignées de rouge. N'écoutant que mon courage et fort de la plus belle des motivations, je revêtais mes nippes de travailleur non sans avoir au préalable soulagé ma vessie de la cause de mon réveil et mis de l'eau à chauffer pour un petit café, à moins que ce fut l'inverse.
              Il n'était pas envisageable de trouver une température clémente au sortir du Camion, la veille le ciel, d'une incroyable pureté avait sans doute entraîné le thermomètre dans les bas fonds. La météo loin d'être une science exacte, me confortait une nouvelle fois que les prévisions ne sont bonnes que pour les jours précédant. Les étoiles s'étaient fait la belle derrière les nuages mais, à en juger par l'herbe qui cassait sous mes chaussures, depuis peu.
              Bidouilles sur le net, bricolage autour d'un coffre à jouets d'un genre très spécial, je me retrouvais deux cafés plus tard et équipé pour les grands froids face au Master. Entre extérieur et garage c'était jouable...... avant que la pluie ne s'invite. me croirez vous si je vous dis que dix minutes après les premières grosses gouttes, j'avais les deux index blancs et douloureux. Un quart d'heure de plus et je ne sentais plus mes doigts à l'exception des pouces qui, allez savoir pourquoi sont toujours impeccables. Sauf à les passer sous l'eau chaude rien n'y fait, il aura fallu une heure pour réchauffer ce petit monde sauf l'index de la main gauche que d'anciennes blessures handicapent un peu plus.
               Peut être pensez vous que je n'ai qu'à attendre le 15 août pour faire les travaux sur le Camion? C'est à peine mieux et je ne suis pas le plus atteint, je connais des gens que ça ne quitte jamais. 
               Voila le début d'une mauvaise journée pour moi. J’espère qu'il en aura été autrement pour vous.
              PS: Je pourrais vous parler du HHO que je suis en train d'installer sur le Master. Ce sera dans la rubrique ''les Camions'' et un autre jour.     

               

                                      

                 


    2 commentaires
  •          C'était en août de 2007. En ce temps là un certain Julien, proprio d'un J9, me demandait des conseils concernant ce même problème de pompe à eau, son adresse mail est toujours dans mes ''contacts'', mais j'avoue ne pas me souvenir lui avoir répondu?
    PS. fait pas bon vieillir ma bonne dame.......                                        

     

                                   Une pompe à eau HS à La Rochelle

                Ce matin là, nous avions donné à boire au Camion. J'avais pour se faire choisi une belle station de grande surface sise dans la région de Marennes. Curieusement, j'avais eu, le concernant un étrange sentiment, aussi, c'est à tout le monde et à personne en particulier que je lançais -- Toi tu es trop gentil, bientôt tu vas m'en faire une. He oui, je parle à mon Camion. 
                  Et nous avions repris notre route, Rochefort était dans notre ligne de mire, avec son pont transbordeur, la corderie, et l'Hermione.
                   Venait tout naturellement le tour de La Rochelle, il fallait débourser 27€ pour faire un petit tour sur l'île de Ré, prohibitif et rédhibitoire nous tentions donc une visite de la ville en camion et si affinités à pieds.           
                   Mais il était venu l'heure des plages qui se vident et des touristes promeneurs dans la cité. Trop de monde, pas de place pour le Camion; et une ville que nous connaissions mal, mais que nous avions déjà découverte. Nous reprenions notre route en direction de la Bretagne, la vraie.            
                 Nous en étions à mettre nos roues sur le boulevard extérieur, celui qui permet de quitter la cité, lorsqu'un bruit, aussi fort qu'inhabituel, me contraignit au prix de mille dangers, de passer de la voie du milieu à celle de droite, pour finir sur la bande d'arrêt d'urgence. Le bruit, Camion arrêté, moteur tournant persistait, pour s'amplifier sur une accélération. Dans les secondes qui suivirent la température de l'eau s'est très rapidement rapproché des 100°, en même temps que le témoin de freins s'allumait. Pas besoin d'être devin pour comprendre que la pompe à eau venait de rendre l'âme.              
                Restait à trouver un endroit ou se poser pour aviser sans risquer de se faire raboter les fesses. La zone commerciale décrite dans l'article précédemment publié fit très bien l'affaire. Après réflexion, la seule solution raisonnable, ainsi que la seule en accord avec ma conception de la panne en milieu inconnu, me paraissait être, de procéder à la dépose de la dite pompe, dormir, et au petit matin, partir sur un pied à la recherche de la même pièce, mais en meilleur état.               
               L'objet du délit fut démonté en rien de temps. Dans le quartier nous trouvions en nous promenant Minik et moi un arrêt de bus conduisant en ville, parfait pour demain matin. Nous tuâmes le temps tout en satisfaisant une envie de chinoiseries que le seul restaurant du coin était en mesure de satisfaire, puisqu'il prétendait servir du Chinois du vietnamien du laotien et summum, thaïlandais. 
                Trouver le sommeil ce soir là ne fut pas vraiment un problème, je pensais simplement et sûrement à juste titre que j'allais devoir marcher avec mes pièces cassées dans le sac à dos, alors que je n'étais pas le mieux placé pour semblable expédition. Je pensais aussi que la pompe pourrait ne pas être disponible sur la Rochelle, je m'imaginais coincé par une bricole de rien du rrrrrzzzzzzzzz…. rrrrrrrrrzzzzzzzzzzzzz……… 
                 Réveillé à une heure indue, je ressassais attendant que le soleil se montre, à 7 H avec un café dans le ventre, mon sac sur l'épaule, j'étais devant la station de bus. Une bonne âme passant par là, me fit remarquer de son petit doigt, que les horaires lisibles sur le panneau que j'avais sous les yeux, indiquaient clairement que le premier bus dans ce sens, ne passait qu'à 8 H 57.                 
                 Voila qu'une journée qui s'annonçait comme n'ayant pas envie d'être drôle, démarrait à la hauteur de ses intentions. 
                 Je retournais au Camion pour y tuer le temps et surtout me jeter sur un café. Plus je me rapprochais du véhicule, plus je pensais à une pompe qui en son temps était rangée dans la roue de secours, sans vraiment me le dire je me reprochais de l'avoir déposée à la maison. Tout en buvant mon café, alors que j'expliquais la situation à Minik, je tentais de revivre le moment ou j'avais déposé cette maudite pompe. J'avais beau chercher, ce moment ne me revenais pas, je me revoyais la toucher pour la remettre dans la roue avec les câbles de démarrage, donc elle devrait s'y trouver encore à l'heure qu'il est. Une bien bizarre journée qui commençait mal, encore que!                 
                 Un quart d'heure plus tard, j'avais dans les mains une pompe flambant neuve, sortie de sa cache secrète. Apres examen c'était le bon modèle. Restait à récupérer la poulie sur la vieille pompe et remonter le tout.          
                  A 11 H nous étions sur la route, direction, Sion sur l'Océan, mais c'est une autre histoire. 

      


    1 commentaire
  •                         de 1975 il n'en reste plus beaucoup......
                         16x22,5 cms pleine page sur bloc croquis 180grs

     



    Finalement créer un nouveau blog aura du bon.
    En effet peu enclin à vous donner à relire d'anciens articles, nous sommes allés dans les cartons chercher des aquarelles remontant à la genèse ou presque.

     


    1 commentaire